lundi 28 février 2011

La campagne ça te gagne

Alors non seulement je déserte allègrement et en toute impunité cette page internet, mais en plus je reviens avec un titre de post digne d'un Laurent Ruquier qui tente de se remettre d'une gastro fulgurante couplée d'une angine rose (rouge et blanche EN MÊME TEMPS) (c'est pour dire s'il est pas en forme). 

Mais l'essentiel c'est que je sois revenue. Parce que j'étais partie loin. J'étais... à la campagne...

(j'ai failli adopter une chèvre mais en fait non)


Ouais, je sais ça fait carrément flipper. 

A la campagne, quand tu y vas, que tu ne sais pas conduire comme moi, et que tu es donc côté passager, il y a de fortes chances qu'à l'arrivée, tu aies les prémolaires qui trempent. A la campagne, ils ont pas vraiment saisi le concept de la route droite, et ils te foutent des ravins et des montagnes, des forêts et des ruisseaux à cascade n'importe où. Du coup les voies sont forcément petites, sinueuses, et fort fournies en virages qui font vomir. Alors quand tu arrives à la campagne, t'es forcément déçu: on t'avait vendu du rêve à base de grand air et de joues roses, et au final tu te retrouves avec le teint vert, et l'estomac qui danse la samba. 

Quand tu vas à la campagne, tu t'attends à arriver dans un pays ou tout sent bon les fleurs sauvages et les petits lapins qui font des bisous aux papillons. Tu te fades à longueur d'année des odeurs de pot d'échappement, de crottes de chien, de pipi de mec bourré, de dégueuli, de poubelles, d'égouts et de kebab. Tes fosses nasales commencent à se liquéfier tellement elles en ont marre de macérer dans les immondices. Alors elles se faisaient une joie d'aller batifoler dans les prés. Sauf qu'à la campagne, ce que tes narines ignoraient, c'est qu'ils ont des moutons. Et que les moutons ça pue tellement que ça te desquame les voies respiratoires jusqu'à l'os. A la campagne, tu comprends ce que "ça sent le bouc" veut dire. Alors tu te réfugie dans la maison... avec le chien pétomane. 

Quand tu vas à la campagne, tu sens que tu vas partager des vraies valeurs de la vraie vie avec des gens simples et accessibles. Tout le contraire de ceux que tu côtoies au macumba night, qui après leur 7ème vodka redbull déblatèrent des monceaux de borborygmes sans queue ni tête (moitié parce qu'ils sont pleins comme des outres, moitié parce que tu es toi même totalement ivre-bourré). Sauf qu'à la campagne, les gens doivent avoir tout le temps faim: la preuve, ils avalent systématiquement la fin des mots. Et quand ils articulent, c'est pour prononcer des expressions sentencieuses dont tu ne sais pas trop si on te dit que tes coudes sont drôlement harmonieux ou si ils prévoient une tempête de pollen. Enfin, je suis mauvaise langue. Le campagnard sait très bien se faire comprendre quand il s'agit pour lui soit de s'insurger du fait que tu ne sois pas encore marié (comment? et tu n'as pas l'intention de le faire? saperlotte de sacrebleu!) soit de te maquer avec le fils de la voisine, un garçon très bien, très intelligent, qui est allé à l'école au moins jusqu'à la troisième. 

Quand tu vas à la campagne, tu es content, parce que tu vas enfin te nourrir de choses saines et bonnes pour la santé. Tu vas enfin cesser de risquer ta vie en te nourrissant de viande entourée de petits pains ronds et copieusement arrosée de staphylocoques dorés, tout ça parce que  l'équipier qui te la préparé a eu la flemme de se laver les mains après son petit pissou. Bon. Il est vrai qu'à la campagne, les produits que tu manges sont plus sains: les oeufs viennent du poulailler, la confiture de myrtilles du petit bois derrière, les haricots verts du potager, le saucisson du cochon du voisin, et le beurre de la coopérative laitière. Difficile de faire mieux en matière de traçabilité.  Alors du coup tu te lâches:
- Petit dej: une baguette beurrée à la confiture de framboise maison
- Collation: Une part de bleu
- Déjeuner: en entrée, du saucisson. en plat des caillettes avec des salsifis à la crème, et éventuellement un reste de saucisse rôtie de la veille. en dessert, du fromage de brebis, un flan maison, une faisselle 
- Goûter: un bol de banania, du pain perdu à la confiture
- Apéritif: Du saucisson
- Dîner: Entrée, du pâté. Plat de la soupe de légumes au lard et au fromage, et les caillettes qui restaient de midi. Dessert, de la tomme, un yaourt maison à la confiture
Equilibre, bien être, légèreté et transit intestinal fluide à la clef. Et quelques capitons aussi, mais à l'approche du printemps, vraiment, comment refuser. Et pour fêter ça, tu vas dévaliser la laiterie et le garde manger de tes hôtes, histoire de pouvoir continuer ta cure de lipides une fois revenu à la ville. 

Avant de partir à la campagne, tu cries à qui veut bien l'entendre que toi, la technologie, l'internet, ton iphone, c'est les doigts dans le nez que tu t'en passes. T'es pas du tout à la botte de ces trucs là. Bien au contraire, tu es libre comme l'air. Arrivé à la campagne, tu découvres avec horreur que non seulement tu n'as pas de réseau, mais qu'en plus tu ne peux avoir internet que sous certaines conditions météorologiques bien précises, qu'évidemment le mois de février ne remplit pas. Et alors là, c'est le drame dans ton esprit. Tu penses même aller mettre fin à tes jours en allant renifler l'arrière train d'un mouton. Tu n'en fera évidemment rien puisque tu vas pouvoir aller noyer ton chagrin dans de la tripaille, et tu vas te baffrer de fromage de tête.

Au final, la campagne, ça t'aura appris plein de belles choses sur toi:
- tu as toujours le mal des transports
- nettoyer du vomi dans une voiture c'est chiant et pas facile
- la nature ça sent pas bon
- sur les oeufs frais, il y a souvent du caca de poule
- l'accent ardéchois, il est marrant
- le gras de cochon, tu digères pas ça hyper bien
- la campagne, tu y retourneras bientôt, c'est presque aussi marrant que koh lanta

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Pourquoi tu racontes mes vacances, je suis pas encore revenue ??!!! ;-)

    Lilloise en Ariège depuis samedi...

    RépondreSupprimer
  2. "sur les oeufs frais, il y a souvent du caca de poule" Bérengère n'arrive pas à se remettre de cette phrase.

    Bon retour à la vie dictée par les machines ;-)

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai qu'en Ardèche c'est tellement bon qu'on fait facilement du gras pour l'hiver ... mais au début du printemps c'est moins utile (mais tout aussi bon :D)
    les forêts ardechoises on croirait toujours qu'on va y croiser des fées :)

    j'ai bien rit, merci !!

    RépondreSupprimer
  4. Oui mais non (je suis normande), les animaux de la campagne (et les autres), ils puent bon... (concept Begonien).

    RépondreSupprimer
  5. @ anonyme (quel drôle de nom!) en plus d'être une blogueuse mondialement reconnue, j'ai eu don de voyance qui s'applique uniquement au gens qui ont des prénoms aussi étranges que le tien

    @ bérangère: tu sauras maintenant que le trou d'ou sortent les oeufs est le même que le trou d'ou sort le caca chez les poules

    @ maviedeboulet: alors tu dois être obèse

    @ lapetitegrainefolle: le gras ça isole, c'est ça qui est bien

    @ begonia : non, Begonia. Tous les animeaux puent bon, SAUF les moutons...

    RépondreSupprimer
  6. Heu steplait tu dis pas de mal des moutons, c'était mon animal de compagnie jusqu'à mes 9 ans.

    RépondreSupprimer
  7. La campagne, ça vous gagne. Ou pas.

    RépondreSupprimer
  8. Je viens de la campagne et je suis complètement d'accord :)
    Maintenant que je suis une citadine la venue des vaches dans le champ d'en face ne me manque pas du tout ... Ni leur odeur !

    RépondreSupprimer
  9. Non... tu viens de révéler le vrai visage campagnard au monde... D: Qu'as-tu fais.. Plus personne ne viendra acheter ses légumes directement chez le paysan. (... ni ses œufs d'ailleurs.)

    RépondreSupprimer